Bouffon – Porcel & Zidrou

Moyen-Âge, dans le château du Comte d’Astrat.
Avec d’autres prisonniers, la jolie Anne est détenue et subit régulièrement les viols, les tortures de ses geôliers. Si aucun de ses enfants n’a survécu jusqu’alors, elle donne cependant naissance à Glaviot – un enfant difforme et laid. Celui-ci est alors donné en pâture à une chienne qui venait d’engloutir sa dernière portée. Miraculeusement, celle-ci l’épargne et ira même jusqu’à le nourrir.
Quelques années plus tard, le Comte, venu rendre visite à l’un de ses détenus, prend connaissance de l’enfant et décide de le mettre au service de sa fille Livia. Il deviendra son bouffon durant plusieurs années, toujours à ses côtés dans ses moindres déplacements… Et c’est tout naturellement qu’il tombera amoureux de la belle…

Rencontré à la Fête du Livre de Saint-Etienne, Francis Porcel m’a immédiatement dit que c’était une belle, une très belle histoire… Et il avait raison. En tournant en dérision un conte traditionnel, le duo nous offre un album très réussi.
J’ai beaucoup aimé l’utilisation d’un narrateur – lui-même prisonnier – pour nous raconter l’histoire d’Anne puis de son fils Glaviot. En utilisant un ton sarcastique, cynique, Zidrou nous épargne une histoire qui aurait pu tomber dans le pathos. Car le narrateur nous a bien prévenus à l’ouverture de l’album : il s’agira d’une histoire triste mais belle.
Dans cet univers sombre, rien n’est joué d’avance et je dois même dire que j’ai vraiment, vraiment été surprise de la tournure que prend l’histoire. A aucun moment, je n’aurais imaginé une telle fin… Tant et si bien, que je me demande si une seconde lecture n’est pas nécessaire pour mieux appréhender le fil de l’histoire… Oui Zidrou nous a bernés, piégés bien comme il faut… Quel talent !
Côté dessin, j’ai été également épatée. Graphiquement, on sent qu’on y est, on y croit parfaitement. L’utilisation de couleurs ternes retranscrit à merveille cette ambiance médiévale et dessert parfaitement les propos de l’ouvrage. Des couleurs bien différentes de la splendide dédicace que j’ai pu obtenir…

IMG_0812

Encore une fois, je dois dire que j’ai particulièrement apprécié le travail de Zidrou… Une belle histoire, oui, mais pas que ! A découvrir sans plus attendre !

BD-de-la-semaine-saumon-e1420582997574Chez Un amour de BD

rentréelogo2015
Challenge 1% Rentrée littéraire chez Hérisson
3/6

Bouffon
Porcel & Zidrou, 
Dargaut, 2015

Publicités

Après un mois d’abonnement à Netflix…

Qu’est-ce que Netflix ? C’est un service de vidéo à la demande en streaming (donc sans téléchargement) qui vous permet, pour moins de 10 € par mois, de regarder les contenus du catalogue et ce, en illimité.

Pourquoi Netflix ? D’une part, parce qu’au chômage, les journées sont parfois longues à occuper et d’autre part, parce que j’aime vraiment regarder des séries, suivre des personnages pendant des heures, suivre leurs évolutions aussi (oui, ce qui nous intéresse particulièrement dans cette formule, ce sont les séries).
Après quelques hésitations avec CanalPlay nous avons finalement choisi cet abonnement en comparant les catalogues d’offre, les prix, les services proposés, etc.
Nous avons opté pour la formule deux écrans en Haute Définition à 8,99€ par mois, ce qui signifie que deux personnes peuvent regarder simultanément des contenus différents. Le premier mois est gratuit, ce qui nous a permis de « testé » le service, mais aussi d’envisager de prolonger ou pas l’abonnement.
Bref, je me suis abonnée à Netflix avec mon frère.

Qu’est-ce que j’en pense ? Au bout d’un mois, on a décidé de prolonger l’abonnement car même si nous sommes déçus par certains côté, le contenu reste quand même très intéressant pour un prix relativement faible.
Déçus pourquoi ? Parce que certaines séries (comme House Of Cards, par exemple) ne sont pas proposées sur Netflix France à cause de partenariats établis avec certaines chaînes françaises. Déçus aussi parce que les films présents sur le catalogue sont un peu datés (mais encore une fois, nous avons surtout souscrit à Netflix pour les séries) et parce qu’il y a très, très peu de films français.
Par contre, je dois dire que cet abonnement a de très, très bons côtés. A commencer par des séries de qualité ! Orange is the New Black, Fargo, Homeland, les Narcos et j’en passe… De quoi satisfaire amplement mon côté sérivore. La qualité des vidéos est également au point : pas de bugs, peu de coupures (oui, tu ne regardes plus un épisode de 50 minutes en 2 heures)… Et la possibilité de changer facilement les sous-titres et la langue ainsi que de regarder le contenu sur un plus grand écran qu’une tablette ou un PC. Autre aspect positif, vous pouvez reprendre aisément le contenu en cours de route si vous l’avez arrêté au plein milieu. Vous pouvez également créer différents profils ce qui vous permet d’avoir des suggestions personnalisées en fonction de vos goûts. J’ai également apprécié de retrouver certains films de mes réalisateur chouchous : Asghar Farhadi, Tim Burton, Quentin Tarantino. Enfin, last but not least, la légalité de la chose est également agréable puisqu’on ne craint plus de recevoir l’un de ces fameux mails Hadopi.

En conclusion, j’ai poursuivi mon abonnement Netflix parce que côté séries, le choix reste vaste, intéressant et attractif. Par contre, si vous êtes cinéphiles et que vous souhaitez souscrire à ce service uniquement pour les films, je vous conseille vivement de passer votre chemin car il est certain que le contenu ne sera pas à la hauteur de vos attentes.

Hunger Games – Suzanne Collins

Dans une société futuriste a été construit Panem, un Etat composé de douze districts et dirigé par le Président Snow, gouvernant du Capitole. Si les douze districts tentent de survivre à la pauvreté et à la faim, le Capitole, quant à lui, est une société frivole, luxueuse, d’apparence et d’opulence.
Au sein du douzième district vit Katniss Everdeen, 16 ans. Après la mort de son père, c’est elle qui est devenu chef de famille et qui tente de subvenir aux besoin de sa mère et de sa jeune sœur Prim, en chassant illégalement dans une forêt à proximité et en revendant des articles de contrebande au sein de la Plaque. Si elle risque gros pour cette infraction, elle n’a pas trouvé d’autre moyen pour survivre et faire vivre sa famille.
Chaque année, en guise de divertissement, sont proposés les Hunger Games, une émission télévisée que tout Panem est obligé de regarder.
Le principe est simple : au sein d’une arène, un garçon et une fille de chaque district doivent s’affronter et survivre. L’unique vainqueur des Jeux deviendra riche et connaîtra la gloire. Les autres n’auront été que des pions destinés à divertir le Capitole.
Dans le douzième district, se sont Prim Everdeen et Peeta Mellark qui y participeront. Katniss refusant de voir sa petite sœur mourir au sein de l’aire, décide de prendre sa place.
Après la préparation physique et mentale des candidats, ils entrent dans l’arène et deviennent des machines à tuer en formant des alliance. Tout devient stratégie pour traquer, piéger l’autre et survivre aux Jeux. Les juges des Hunger Games peuvent également intervenir en provoquant des attaques mortelles destinées à divertir encore plus les téléspectateurs et à accélérer les choses.
Katniss se fait rapidement remarquer par ses performances et par son histoire. Rapidement, elle fait naître un souffle nouveau au sein des douze districts : l’espoir et la révolte. Mais sera-t-elle se montrer suffisamment forte et maligne pour remporter les jeux et faire basculer l’Histoire ?

Je me suis toujours dit qu’Hunger Games était le genre de trilogie pas du tout fait pour moi… J’avais peur de tomber dans ces romans pour adolescents un peu clichés. Et puis une amie m’a proposé de voir le film… Et je dois dire que ça a été une révélation. Vraiment, je me suis laissée prendre au jeu, j’ai adoré le premier épisode tant et si bien que je me suis dit qu’il fallait absolument que je lise les bouquins.

Hunger Games m’a transportée dans un univers passionnant où la révolution et la révolte grondent. Le livre aborde de manière intéressante et intelligente des questions liées à la politique, au gouvernement, à la mise en place d’un régime totalitaire, mais aussi à l’importance de la médiatisation. Cette médiatisation qui transforme chacun d’entre nous, qui rend les rapports complexes et modifient radicalement les comportements de individus. Hunger Games, c’est aussi une réflexion intelligente sur l’amour (sans que ce thème prenne forcément le dessus), l’amitié, la famille mais aussi la survie. Sa propre survie, la survie des autres, mais aussi celle de son clan.
Chaque chapitre nous tient en haleine et il est parfois difficile de lever la tête du roman. On se pose beaucoup de questions, on espère, on patiente, on angoisse… Le tout grâce à une écriture dynamique et bien ficelée. Car malgré la violence du thème, celle-ci reste malgré tout très suggérée et ne nous prend pas à la gorge.
J’ai aimé ces personnages forts, emblématiques, admirables ou détestables qui se transforment en pions dans ces horribles jeux. J’ai d’ailleurs été vraiment déçue de les quitter, de me dire que j’avais fini Hunger Games tant j’ai pris du plaisir à découvrir cette trilogie (et quand tu finis un livre vraiment bien, tu te demandes toujours « qu’est-ce que je vais pouvoir lire qui soit aussi bien, ou presque ? »).
Je ne pourrais chroniquer ce livre sans parler de Katniss qui m’a vraiment enchantée. Si à première vue elle semble être une ado « normale », elle se révèle progressivement pour devenir cette héroïne incroyable, dotée d’une force morale et d’un courage inépuisables. Dans les romans, j’aime particulièrement découvrir ces héros, qui forment un socle, qui permettent à une histoire de tenir debout et j’ai trouvé que Katniss remplissait ce rôle à merveille. Et le fait qu’elle soit une fille m’a encore plus enchantée car je dois l’avouer, je trouve que les héroïnes sont encore trop rares dans les récits d’aventure.

Bref, Hunger Games est une trilogie qui n’a que de bons aspects… A découvrir, vraiment, si ce n’est pas déjà fait !

Trilogie Hunger Games,
Suzanne Collins,
Pocket Jeunesse, 2015

Otages intimes – Jeanne Benameur

Happé par l’attitude d’une femme, Etienne, photographe de guerre, s’arrête un moment pour immortaliser cet instant. C’est durant cet instant qu’il a été fait prisonnier, pris en otage durant des mois.
Et puis un jour, on le conduit dans un avion. Il est libre, enfin !
S’il est soulagé, Etienne n’en reste pas moins traumatisé de ce qu’il a vécu. Comment se reconstruire après avoir vécu l’humiliation, la faim, l’enfermement, la peur de devenir fou, de perdre l’usage de la parole ? Comment retrouver sa place dans cette société ?
Alors chaque jour, au sein de son village d’enfance, Etienne lutte, tente de se retrouver. Auprès de sa mère Irène et de ses deux amis Enzo et Jofranka, il va trouver refuge et reprendre le cours de sa vie. C’est également l’occasion pour chacun des personnages de se questionner sur leur part d’otage…

J’attends la sortie de chacun des livres de Jeanne Benameur, depuis que j’ai découvert cette auteure. Après un immense coup de cœur pour Profanes, il me semblait impossible de passer à côté de ce dernier opus.
Quel bonheur de retrouver ces phrases hachées, ces mots qui semblent être choisis, réfléchis, cette poésie qui se dégage ! Vraiment, je pense que je ne pourrais jamais me lasser de cette écriture qui me bouleverse, me transporte.
Comme dans chaque ouvrage de l’auteure, les personnages sont si bien décrits, si bien travaillés qu’ils en deviendraient réels… J’ai eu beaucoup d’admiration pour Jofranka, avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerre à témoigner contre ce qu’elles ont vécu. Le personnage d’Irène est lui aussi très touchant par sa pudeur, sa mise au second plan. Il reste néanmoins un personnage important dans la reconstruction d’Etienne.
Si les mots et les personnages m’ont marqués, je dois quand même l’avouer, l’histoire m’a un peu moins transportée que les précédentes fois… L’ouvrage reste assez immobile, presque contemplatif. Pour autant, même s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur, je dois bien l’avouer, Otages Intimes a été une lecture magnifique, agréable et douce, qu’on savoure en se posant un bon nombre de questions…

« Enzo et moi on a choisi la paix. Ni militants ni combattants, engagés dans rien. Juste des gens dans un village, qui vivent. Je ne suis pas une combattante mais je fais ce que je peux pour que la beauté arrive au monde. Alors je le fais et du mieux que je peux. »

Les avis de :  Noukette, Jérôme et Framboise.

rentréelogo2015
Challenge 1% Rentrée littéraire chez Hérisson
2/6

Otages Intimes, 
Jeanne Benameur,
Actes Sud, 2015

Moi après mois – Septembre

IMG_0608

Mon premier jour de boulot / Toulon et ses bouchons / Un tartare à la figatelli, au miel et à la brousse / Rentrer fatiguée / Terminer avec une immense déception Trompe-la-Mort / Une journée à rallonges. Des journées à rallonges / Un contrat qui ne vient pas / Un iPhone tout rose et une coque toute jaune / Un week-end en famille / Des journées à la plage / Un sirop de violette / Une course qui donne mal aux jambes / Découvrir la dur réalité du monde du travail / Rentrer à la maison / Des démarches qui n’aboutissent à rien / Des nerfs qui craquent / Un dimanche pluvieux / « Le tout nouveau testament » en amoureux / Un lundi maussade et un manque de motivation affolant / Quelques lettres de motivation plus tard… / Programmer un court week-end à Avignon / Préparer une soutenance de mémoire / Une petite heure avec Amorostasia / Retrouver Avignon et son turn-over / Une dernière soirée de révisions /  Soutenir son mémoire devant jurés et public / Le premier jour du reste de ma vie / Un pot de départ / Des sushis entre copines / Rentrer grognon / La Bâtie d’Urfée et le prieuré de Pommier pour les journées du patrimoine / Des bébés chats / De longues journées d’ennui et de remise en question / Sur un coup de tête, se dire que notre GRAND voyage en Argentine aura bien lieu / Trois semaines à Cuba. Trois mois en Argentine / Netflix, mon nouvel ami / Orange is the New Black   pour occuper mes journées / Trouver un peu de motivation grâce à l’APEC / Un long week-end en Bourgogne / Faire le plein de BD à la médiathèque / Un GPS qui fait des siennes / Un wok à Chalon-sur-Saône / Des petits-déjeuners au soleil / Découvrir Dijon / Goûter des moutardes aux goûts les plus fous / Une gaufre et un thé pour nous réchauffer / Hunger Games, cette révélation / Une randonnée entre vignes et forêts / Un Do-Mac et une Guiness / Un repas de famille / Faire du tri, beaucoup de tri / Un manteau pour affronter l’hiver / Ne pas résister à la saison 2 des Revenants / « Rencontrons-nous le 30 octobre » / Des matinées qui sentent déjà l’hiver / Bonjour octobre !