D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds – Jon Kalman Stefansson

Ari a quitté l’Islande et plus particulièrement Keflavik depuis plusieurs années pour s’installer au Danemark. Là-bas, il a construit sa vie : une femme, des enfants et une belle carrière professionnelle. Mais tout bascule en raison de la routine qui s’installe dans la vie du couple. Ari quitte les siens, se retrouve seul, s’enfonce dans le travail et finit par regretter son choix. Lorsqu’il reçoit une lettre de son père lui annonçant qu’il est mourant, accompagnée de photographies ainsi que du diplôme d’honneur de son grand-père Oddur, le célèbre capitaine, Ari retourne sur son île à la recherche de son passé.

Le récit croise alors trois époques : celle actuelle, les années 80 et le début du 20e siècle, marquant la rencontre des grands-parents d’Ari. Le temps de constater les évolutions de l’île, de voir évoluer le protagoniste et de s’immerger dans cette histoire de famille.

Ce que je retiendrais avant tout du roman, c’est cette écriture incroyable : de longues et belles phrases permettent de créer un livre poétique à souhait. Les quelques digressions qui apparaissent en leur sein rappellent étrangement notre propre cheminement de pensée. Les pages sont ponctuées de titres un peu loufoques qui prennent tout leur sens au fil des pages.
J’ai beaucoup aimé également les réflexions contenues dans l’ouvrage : j’ai tendance à corner les pages quand un passage me touche, me parle et cette fois-ci, le roman est corné, archi-corné. Jon Kalman Stefansson a le don pour parler à son lecteur en le soumettant à un questionnement sur la vie, sur l’amour, sur le manque. Des réflexions intelligentes, justes, dont certaines tombaient à point.
Le style reste donc incontestablement le point fort de l’ouvrage.

Quant à l’histoire elle-même, je dois bien l’avouer, je suis totalement passée à côté. D’une part, l’histoire n’a pas vraiment de début et de fin, ce qui m’a particulièrement gênée. J’attendais une péripétie, quelque chose qui aurait fait que le livre prendrait une nouvelle forme, mais rien. En somme, le livre raconte, à travers une histoire familiale, la vie d’Hommes et de Femmes à Keflavik sans entrer plus dans les détails… C’est dommage parce qu’en temps normal, les sagas familiales ont tendance à me passionner et à m’émouvoir. De fait, j’ai plutôt traversé des époques de loin, sans vraiment réussir à m’y intéresser.
De plus, le fait de mêler les trois histoires m’a parfois complètement perdue (ajoutons à cela des prénoms, des lieux pas toujours simple à retenir).

Bref, pour moi ce fût une lecture complexe, qui ne me laissera aucun souvenir… Malgré tout, j’espère découvrir prochainement la trilogie de l’auteur, composée d’Entre ciel et terre, La tristesse des anges et Le cœur de l’homme.

Étreinte est sans doute le mot le plus beau de toute notre langue. Ouvrir ses bras pour toucher une autre personne, tracer un cercle autour d’elle, s’unir à elle l’espace d’un instant afin de constituer un seul être au sein des maelströms de la vie, sous un ciel ouvert d’où Dieu est peut-être absent. Nous avons tous, à un moment ou l’autre de notre vie, et parfois terriblement, besoin que quelqu’un nous prenne dans ses bras, besoin d’une étreinte à même de nous consoler, de libérer nos larmes ou de nous procurer un refuge quand quelque chose s’est brisé. Nous désirons qu’on nous étreigne simplement car nous sommes des hommes et parce que le cœur est un muscle fragile.

J’en profite pour remercier Price Minister pour cette nouvelle édition des Matchs de la Rentrée littéraire 2015 #MRL15 !

rentréelogo2015
Challenge 1% Rentrée littéraire chez Hérisson
6/6

D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds,
Jon Kalman Stefansson,
Gallimard, 2015

Publicités

10 réflexions sur “D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds – Jon Kalman Stefansson

  1. Pingback: Moi après Mois – Décembre | Les tribulations de Marion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s