Ca sent le départ… Encore une fois !

BLOG EN PAUSE

Encore une fois, je repars sur les routes… Mais cette fois-ci dans un contexte bien inhabituel… Je pars pour du travail à Madrid durant 15 jours ! Je ne sais pas si les articles seront très nombreux par ici mais je vous souhaite un beau début de mois d’août !

Publicités

L’assassin qu’elle mérite, tome 1 : Art nouveau – Lupano & Corboz

Vienne, 1900. Alors que se tient un vernissage dans le Palais de la Sécession, Alec, un riche aristocrate, achète une toile et la brûle devant l’ensemble des convives. Par ce geste, il tient à dire tout son mépris pour l’Art Nouveau, cet art qui, selon lui, tend à révolutionner la société mais qui ne fait que créer de nouveaux riches ne méritant pas leur place de privilégiés.
En sortant de la galerie, il propose à son ami un jeu, un pari : choisir au hasard une personne pauvre pour en faire un assassin, « créer de toutes pièces un ennemi de la société à partir d’un être innocent. » Le but ? Faire de cette personne son œuvre d’art à lui afin de démontrer le vrai visage de la société.
En entrant dans une très riche maison close, Alec et son compagnon font connaissance de Victor, un jeune homme fuyant sa famille et particulièrement son père qui le bat et l’oblige à mener une vie qu’il ne souhaite pas. Alec a trouvé la cible parfaite pour venir à bout de son ambition. Il lui ouvre alors les portes du bordel et c’est ainsi que notre protagoniste fait la rencontre de Mathilde dont il tombe amoureux…
Le plan d’Alec fonctionne parfaitement…

Passionnée par cette ambiance viennoise du début du XXe siècle, je n’ai pas hésité longtemps avant de prendre cet album et je dois dire que je ne suis pas déçue ! L’ambiance y est parfaitement retranscrite. Découvrir les rues, tomber sur le Palais de la Sécession, espérer y voir Klimt et ses toiles qui m’émeuvent toujours plus… Cette ambiance indolente, luxueuse et décadente faisant contraste avec le milieu d’origine de Victor m’a beaucoup plu !
Les dessins et les couleurs y sont également pour beaucoup. Le trait de Corboz est très réaliste et les couleurs choisies m’ont semblées assez proches de ce que j’imagine parfois de cette époque.
Côté scénario, suivre l’évolution de notre jeune protagoniste a été intéressante. Au début, on est face à un garçon qui cherche à s’en sortir, à aider sa famille coûte que coûte. Si ses bagarres pour défendre son territoire l’amèneront à l’hôpital, j’ai aimé rencontrer ce jeune homme serviable et dévoué. Et puis, sa rencontre avec Alex va lui faire perdre la tête, abandonner les siens et le faire rêver de nouveaux horizons… C’était peut-être prévisible mais j’ai eu envie d’y croire et j’ai naïvement pensé qu’il ouvrirait les yeux… Ceci dit, toute cette histoire est loin d’être finie car il me reste encore deux tomes à lire… Et c’est avec une certaine impatience que je souhaite les découvrir !

Chez Yaneck

L’assassin qu’elle mérite, tome 1 : Art nouveau
Wilfrid LUPANO & Yannick CORBOZ
Vents d’ouest, 2010