Le muret – Fraipont & Bailly


La mère de Rosie décide de quitter le cocon familial pour rejoindre son nouvel amour à Dubaï. Rosie, treize ans, se retrouve seule avec son père qui l’élève comme il peut. Mais celui-ci, souvent absent à cause de son travail, laisse une jeune fille désemparée et perdue. Même sa meilleure amie Nath finit par lui tourner le dos, préférant passer du temps avec son nouvel amoureux. Rongée par un quotidien morne, vide dans lequel elle a souvent peur, Rosie sombre peu à peu… Elle finit néanmoins par faire la rencontre de Jo, un jeune homme marginal tout aussi perdu qu’elle…

Quelle claque cette BD !

Sans pathos, on assiste à l’apprentissage de cette jeune fille qui se retrouve seule. Cette solitude la pousse à modifier son comportement ; de petite fille modèle, elle passe à l’adolescente révoltée. Sans personne pour l’aider à s’en sortir, on assiste impuissants aux déboires de l’héroïne qui semble bien avoir du mal à trouver sa place dans cette nouvelle vie.
Alcool et drogues prennent peu à peu place dans son quotidien. Et même si elle est consciente de ne pas faire les bonnes choses, elle sait également que ces substances lui permettent d’oublier sa triste existence et de dépasser ses limites.
En ce sens, l’album illustre parfaitement l’adolescence et ses dérives, cette période où l’on grandit, apprend et où les déceptions sont souvent bien trop nombreuses.

Le dessin sombre illustre parfaitement ce monde morne dans lequel évolue notre jeune protagoniste. Sans fioritures, le trait de Bailly reste sobre et épuré. Au milieu des planches, sont insérées des pages noires qui permettent de respirer dans cette lecture parfois anxiogène. Car, progressivement, on s’attache à la jeune fille, on a envie qu’elle s’en sorte, qu’elle reprenne sa vie normale. Mais on comprend également à quel point il est facile de sombrer, « de passer de l’autre côté du muret ».


La fin est noire mais porteuse d’espoir… Un point très positif qui permet de finir sur une note d’optimisme !

Aujourd’hui chez Stephie

Le Muret
BAILLY & FRAIPONT
Casterman écritures, 2013

Publicités