Découverte de la caverne du Pont d’Arc

J’en rêvais depuis l’ouverture et voilà chose faite. Après un séjour en Ardèche, il me semblait indispensable de partir visiter la caverne Pont d’Arc. Il faut dire que la seconde Grotte Chauvet a bénéficié d’un tapage médiatique important ce qui n’a fait qu’ouvrir mon appétit de découvertes culturelles.
Je vous avais promis de vous parler un peu plus précisément de cette visite tout simplement parce que je l’ai trouvée incroyable et qu’elle vaut un réel détour !

La réservation

Malheureusement, y aller n’a pas été chose aisée. Quelques semaines avant notre départ pour l’Ardèche, j’ai voulu réservé des places car je savais que la Grotte attirait un nombre important de visiteurs et que les places étaient comptées. Néanmoins, il n’y avait plus de places ou du moins, plus de places pour deux ; il aurait fallu faire la visite séparément, ce qui, forcément n’était ni pratique ni sympathique.
Je décide d’attendre quelques jours en me disant « on verra bien ». Mais rien. Le nombre diminue petit à petit et je sens que nous allons devoir mettre cette visite de côté.
Je décide finalement d’appeler afin de savoir si nous pourrions venir sans réservation… Et là, miracle, on m’apprend que des places vont être remises en vente très bientôt. Quelques jours plus tard, nous avons enfin le précieux pass dans les mains.
Un conseil, donc, si vous souhaitez y aller, pensez à réserver ! Il n’y a que 25 places par groupe… Mais un départ toutes les 4 minutes (en tous cas en plein mois de juillet) !

La visite

Le site comprend plusieurs espaces à visiter : la Galerie de l’Aurignacien et la fameuse caverne. On peut donc aisément y passer une après-midi, d’autant plus que des animations pour les plus jeunes sont proposées et qu’un espace de restauration très sympathique se trouve à l’intérieur du site.

La Galerie de l’Aurignacien est un musée qui permet d’en apprendre un peu plus sur les modes de vie des Hommes de cette époque. Des maquettes d’animaux disparus (rhinocéros laineux, mammouth et mégacéros) sont également placées à l’intérieur de l’espace pour le plaisir de tous. Pour ma part, j’ai visité cet espace avant de visiter la caverne et je n’ai pas regretté car cela m’a permis de bien comprendre les explications de la médiatrice dans la grotte… Après, c’est libre et chacun fait comme il le souhaite, en fonction de son temps disponible.
J’ai trouvé cet espace intéressant d’autant plus qu’il utilise particulièrement le numérique pour présenter les modes de vie. Pour les petits comme pour les plus grands, l’utilisation de nouvelles technologies rend l’espace plus ludique et attractif. Néanmoins, si ce dispositif est intéressant, la forte affluence empêche réellement d’accéder à l’ensemble des tablettes tactiles et autres supports numériques tant et si bien qu’on en vient à regarder par-dessus l’épaule du voisin sans pouvoir vraiment participer.

Venons-en maintenant au fait : la caverne ! J’ai été éblouie par le travail qui a été réalisé à l’intérieur. En oubliant en peu tout ce qui se passe autour de nous, on pourrait aisément penser qu’on est dans la grotte originale car tout est très réaliste, fini minutieusement ; la température, les odeurs, les œuvres aux parois sont autant de détails qui nous font penser qu’on est dans un espace original.
Le travail de la médiatrice y était, selon moi, pour quelque chose aussi car celle-ci a su nous retranscrire une multitude d’informations dans un temps plus que limité. En effet, la guide avait un temps minuté pour nous donner toutes les explications nécessaires devant chaque point à regarder et sur lequel s’interroger. Même si l’on comprend très vite l’aspect commercial et le besoin de rentabilité, j’ai parfois été déçue de ne pas avoir plus de temps pour visionner les œuvres un peu plus en détail.
Malgré tout, je pense que j’en garderai un excellent souvenir et je suis absolument certaine d’y retourner dans quelques années (quand le nombre de visiteurs aura diminué) afin de pouvoir admirer encore une fois ce réel chef d’oeuvre !

Plus d’informations sur le site Cavernedupontdarc.fr

Publicités

Piadina & Dolce, l’essayer c’est l’adopter !

Depuis bientôt quatre mois, j’habite à Aix-en-Provence. Un choix qui s’est finalement imposé à moi car je réalise mon stage de fins d’études dans cette ville. Aix est une ville qui regorge de restaurants en tous genres, et j’ai l’impression qu’il y a beaucoup d’adresses italiennes. Mais beaucoup proposent aussi des plats « traditionnels », à savoir des pâtes, des pizzas, des risotto etc. J’en ai testé quelques uns, je n’ai jamais été déçue mais il me manquait un peu une touche d’originalité. La cuisine italienne chez moi, c’est presque toutes les semaines ! Mais je reviendrais certainement sur ce point plus tard.

Je ne connaissais pas du tout les piadine avant d’entrer dans ce restaurant (qui s’approche assez d’un « fast-food » très, très raffiné). C’est ainsi que nous avons testé un midi Piadina & Dolce. La piadina c’est une galette de pain pliée et garnie.  Végétariennes, bio, sucrée ou salée, le choix est important et conviendra à tous les goûts !

Dans un décor sobre et chaleureux, on est accueillies par un serveur avec le sourire qui nous laisse le temps de la réflexion. Il faut dire qu’une carte importante propose plusieurs types de formules pour tous les portes-monnaies et pour toutes les faims. Une piadina du moment est également proposée avec des produits de saison. Le résultat ? Un délice ! On sent que les produits sont de qualité, frais. Le goût de l’Italie est bien là pour le plus grand plaisir de mes papilles. Les galettes sont bien garnies : on ne ressort pas avec une impression de faim. Une adresse à conserver précieusement et à tester !

Le plus ? Un restaurant qui propose une formule étudiante à un coût avantageux.
A goûter impérativement : la piadina à la confiture de myrtilles… Un délice !

Piadina & Dolce
76 Rue des Cordeliers

13100 Aix-en-Provence
T. : 04 42 64 50 71